Géographes de la sensibilité

3094

Parce qu’il travaille sur la peau, parce qu’il tente de soigner les déséquilibres de la sensibilité cutanée, Claude Spicher s’est lancé dans une exploration anatomique: en compagnie de Nadège Desfoux et Pierre Sprumont, il a dressé l’ «Atlas des territoires cutanés du corps humain». De la tête au périnée, ou, selon les mots des spécialistes, du département trigéminal au département sacré, les auteurs ont décrit les ramifications des nerfs cutanés, ce qu’ils appellent le territoire. Ils se sont appuyés sur la bagatelle de 1528 observations, menées sur 1200 patients, pour dresser cette cartographie inédite. Et cet atlas montre au grand jour l’influence parfois insoupçonnée de certains nerfs. Ainsi, un nerf intercostal, qui part d’une vertèbre, peut-il étendre ses ramifications jusqu’au ventre? Donc, un trouble nerveux peut avoir des répercussions éloignées, comme la Terre tremble à des centaines de kilomètres de l’épicentre. «Des difficultés à digérer, associées à des douleurs lombaires, explique Claude Spicher, ont peut-être leur origine dans un nerf lombaire.»

Grâce à cet atlas, les praticiens remonteront le fil qui va de la peau au nerf. Car les auteurs vont – pourrait-on dire – à rebrousse-poil: ils partent de la peau pour aboutir au nerf. «Les troubles douloureux de la sensibilité cutanée sont souvent causés par des lésions de minuscules réseaux nerveux, des lésions qui peuvent être invisibles», dit Claude Spicher.

Et c’est en travaillant sur la peau, qui est tantôt hypersensible, tantôt comme engourdie, qui brûle ou qui glace, que les spécialistes de la rééducation sensitive ­calment les nerfs.

 

Spicher, C., Desfoux, N. & Sprumont, P. (2010). Atlas des territoires cutanés du corps humain: Esthésiologie de 240 branches. Montpellier, Paris: Sauramps médical. www.BookofSense.com

- Publicité -