Acides gras oméga-3: des vertus à découvrir!

    Moins connus que les vitamines, les minéraux ou les oligo-éléments, les acides gras polyinsaturés oméga-3 (AGPI n-3) ne sont pourtant  pas moins nécessaires à l’entretien de notre santé! On les retrouve, notamment sous forme d’EPA  et de DHA, dans les poissons (au premier rang, ceux gras et mi-gras, tels que  le thon, le saumon, la sardine, le maquereau, etc.), ainsi que les huiles extraites de la chair de ceux-ci. Les huiles de poisson, disponibles en capsules, sont recommandées soit lors d’apport alimentaire insuffisant d’AGPI n-3 (ce qui correspond à moins de trois portions de poisson de mer par semaine), soit, à doses plus élevées, dans le traitement des pathologies les plus diverses. 

    Des propriétés thérapeutiques scientifiquement prouvées

    Les AGPI n-3 abaissent le taux de lipides sanguins et de cholestérol ainsi que la pression artérielle. De surcroît, en empêchant l’agglutination des plaquettes responsable de la formation de caillots, ils améliorent la fluidité sanguine. Ainsi, les suppléments d’huiles de poisson s’avèrent bénéfiques dans la prévention et la thérapie d’appoint des maladies cardiovasculaires, tout comme dans le post-traitement de l’infarctus.

    Les AGPI n-3 déploient en outre une action anti-inflammatoire sur les articulations et les voies respiratoires, d’où leur intérêt, d’une part, lors d’affections rhumatismales et, de l’autre, lors de bronchite et d’asthme.
    Dans le domaine dermatologique, ces substances améliorent l’état des peaux sèches et prématurément vieillies et peuvent soulager les maladies caractérisées par sécheresse et desquamation, telles que certaines formes d’eczéma et le psoriasis. A relever que l’effet bienfaisant de ces acides gras se manifeste également au niveau des chevelures desséchées et abîmées. 

    Des découvertes récentes

     

    Les acides oméga-3 peuvent en outre diminuer l’intensité des réactions allergiques, ainsi  que, chez les migraineux, l’intensité et la fréquence des crises. Lors de sclérose en plaques, ils parviennent, dans bon nombre de cas, à soulager les symptômes et à ralentir l’ évolution de la maladie. Enfin, selon une récente étude japonaise, une forte consommation de poisson cru réduit considérablement les risques de développer le cancer le plus meurtrier du monde, celui des poumons.

    En tant que principaux constituants des cellules nerveuses du cerveau, deux acides oméga-3, les acides alpha-linolénique et stéaridonique, interviennent efficacement dans l’entretien du tonus mental et du rendement intellectuel. Par ailleurs, certaines formes de dépression et de difficultés d’apprentissage semblent être liées à une carence en AGPI n-3 et réagissent favorablement à un apport élevé de ceux-ci.

    - Publicité -